Home Le journalisme citoyen est-il encore du journalisme? Blogosphère : une autre façon de faire du journalisme
Blogosphère : une autre façon de faire du journalisme PDF
Journalisme citoyen
Écrit par Nicolas Bardio   
Lundi, 08 Mars 2010 13:38

 

Un internaute isolé devant son ordinateur : voilà le cliché des bloggeurs. Mais pour mener à bien leur entreprise, ils doivent développer une stratégie globale. C'est pourquoi, des réseaux structurés et interconnectés émergent afin de permettre une meilleure diffusion et organisation de leurs membres. Parfois, es blogs sont organisés en réseaux. C’est ce qu'on appelle les blogosphères.

 

http://www.bsvmicro.com/images/bsvmicro_reseau.jpg

 

Etant le fruit d'une création individuelle, il est étonnant de le considérer en tant que partie d'un réseau. Néanmoins, c'est sa vocation d'outil d'actions collectives qui ressort.

Ces blogosphères peuvent être considérées comme semblables à un journal en ligne. Souvent, il s'agit d'une page web où on peut voir les titres et parfois les premiers mots des entrées publiées dans les blogs membres du réseau. Il y a toujours un critère d'appartenance à une blogosphère. Il peut s’agir d'un critère politique, linguistique, ou culturel.

Parmi les blogosphères politiques, on peut trouver des pages organisées autour d'un mouvement ou d’un parti politique. En Espagne, le site IloveIU.org est un bon exemple. Les auteurs des blogs proches du parti de gauche « Izquierda Unida » font leurs analyses et contribuent au débat interne du mouvement politique.

En ce qui concerne le journalisme citoyen, il s'agit souvent de remplir la fonction d'analyse plutôt que celle de compte-rendu. À travers les apports des militants - bloggeurs, un discours se construit. Bien sûr, la fonction de compte rendu fait défaut. Mais là, les réseaux sociaux plus généralistes comme Facebook ou Twitter prennent le relais.

 

Un outil efficace pour hiérarchiser les infos

Les blogosphères s’adaptent à leur public. En Espagne, à nouveau certaines s’appuient sur la caractéristique de la langue. Par exemple menéame.net pour la langue espagnole, esbilla.net pour la langue asturienne et chuza.org pour la galicienne. Sur les trois sites, le système de fonctionnement est identique: les usagers peuvent ajouter des infos des différents journaux en ligne. Ensuite, les utilisateurs peuvent voter pour les nouvelles qu'ils jugent intéressantes et importantes et ces infos bénéficient d'une priorité puisqu'elles sont affichées à la Une.

Ici, le seul critère de présentation de l'information est le vote des usagers. Cela peut sembler plus « démocratique » qu'un journal avec une ligne éditoriale, mais ce n'est pas sans risques. Les militants d’un mouvement peuvent influer ou lancer des campagnes politiques afin de rompre avec la censure tacite de certaines rédactions.


Révolutions organisées par Internet

Par ailleurs, les réseaux sociaux peuvent jouer le rôle d'un média de communication de masse car ils peuvent envoyer leur message à un public énorme et, en même temps, faire une analyse continue de la réalité et des faits. C'est là que « le réseau » en tant qu'acteur joue un rôle capital. Le risque assumé est moindre que dans journal « de référence ». Ainsi, la mobilisation du 13 mars 2004 en Espagne est un bon exemple. Un grand mouvement citoyen a pris forme via les téléphones portables et les blogs. Le but était de manifester devant le siège du Parti Populaire pour exiger de connaître la vérité sur les attentats de Madrid, le 11 mars, que le gouvernement voulait cacher.

Le flux des informations se fait en réseau. Cela donne l'impression d'être moins soumis aux pouvoirs centralisés d'une direction éditoriale. Néanmoins, l'absence de hiérarchie de ce journalisme est en même temps une faiblesse : elle permet aux groupes organisés et structurés de mieux attaquer ces flux d'information.

En bref, bien qu’il présente des aspects particuliers, le journalisme citoyen n'est pas capable de reprendre la fonction de compte rendu du journalisme traditionnel et doit se référer aux agences, aux médias « conventionnels » et « critiques ».

Nicolas Bardio Vaquero