Home Le journalisme citoyen est-il encore du journalisme? Conclusion
Conclusion PDF
Journalisme citoyen
Écrit par L'équipe de rédaction   
Lundi, 08 Mars 2010 17:48

 

 

Une conclusion à la série d'articles sur le journalisme citoyen.

 

Le journalisme citoyen est-il encore du journalisme ? Au premier regard, la réponse semble être « non ». Le citoyen enrichit la pratique du journalisme par des réactions plus originales, et un point de vue qui peut être novateur. Le fait que le journaliste citoyen peut rarement se rendre sur les lieux d'un évènement lui donne un certain recul par rapport aux faits. Mais d'une certaine manière, le journaliste citoyen emmène son public sur le terrain, par le biais de films ou de photos.

 

Par le biais, c'est le cas de le dire, car le point de vue est biaisé par la personne qui transmet les images, vidéos ou informations. Nous nous trouvons alors dans une situation particulière : nous recevons des informations d'angles inédits et variés, mais l'angle « qui rend l'information complète et intelligible » n'est pas toujours présent.


Mais certains biais peuvent-être un enrichissement pour les médias centrés sur le citoyen: dans la mesure où les articles sont la production d'une personne lambda, de n'importe qui, possiblement un ami du spectateur par exemple. Le point de vue est alors moins froid et analytique que celui du journaliste : la caméra peut trembler quand la personne qui filme se trouve dans une situation de stress ou de peur. Cela apporte du réalisme et du ''citoyenno-centrage'', si l'on peut dire. Le public est alors plus profondément touché, par le sentiment d'empathie notamment.


Néanmoins, certaines situations offrent des images telles que les commentaires ne peuvent qu'être banals, sous peine de passer inaperçus. De l'explicatif ou du compatissant, mais rien d'analytique. A cet égard, le journaliste doit reprendre ses droits lorsque la crise est passée et recommencer son rôle d'analyseur et de critique de la situation pour permettre de saisir les tenants et aboutissants de la situation.

 

En bref, nous pouvons avancer que le journaliste est un citoyen, un citoyen engagé et curieux de tout. Finalement, cette définition correspond aussi à celle des journalistes-citoyens. La question des biais demeure mais, tout comme le citoyen, le journaliste est lui aussi un être humain. Dans ce cadre, il ne peut pas toujours rester de marbre lorsqu'il se trouve sur les lieux d'un évènement important.

 

Comme nous le disions précédemment : on ne s'improvise pas journaliste, mais la collaboration apporte une réelle plus-value à l'information lorsqu'elle est bien menée.

L'équipe de rédaction